Stage recherche et vie sauvage en Namibie
Stage recherche et vie sauvage en Namibie
Stage recherche et vie sauvage en Namibie

Informations pratiques

Au cœur de la Namibie, vous aurez l’occasion d’être au plus près des félins, et autres espèces sauvages, qu’héberge le refuge. Participez ainsi aux recherches sur ces animaux, tout en contribuant à leur conservation en maintenant le bon fonctionnement du refuge, dédié à la réhabilitation de la faune sauvage dans son habitat naturel. Vous diviserez votre temps entre le centre de recherches et la réalisation des tâches quotidiennes en participant au stage dans un refuge animalier.

À quels cursus s'adresse ce stage

Bac pro CGEA
Licence scientifique
Prépa BCPST
Prépa ATS
ENS
Ecole de vétérinaire
Licence/master solidarité et développement durable
Etudes dans le domaine de la santé

EN BREF

Windhoek

De
 4  
à
 12  
semaines

Anglais Intermédiaire

NOUS CONTACTER

Descriptif du programme

La réserve est nichée dans la brousse namibienne, à seulement 45 km de la capitale de la Namibie, Windhoek. Notre ONG locale, encadrant le stage dans un refuge animalier, est devenue aujourd'hui une organisation de conservation de renommée mondiale. Ils proposent un abri et une deuxième chance à de nombreux animaux blessés, orphelins ou espèces menacées.

stage dans un refuge animalier

Lire plus

L’objectif est, dans la mesure du possible, de relâcher les animaux dans la nature. Seuls les animaux trop malades ou devenus familiers et n'étant pas capable de survivre seuls dans la nature, restent dans le sanctuaire. L'aide des bénévoles est essentielle pour nous permettre de continuer à prendre soin de ces animaux.  Comme l'ensemble de nos programmes de stage animalier à l'étranger, ce projet en Namibie permet de valider son année tout en contribuant à la protection des animaux de la région.

 

Le rôle des stagiaires

Les stagiaires ont la formidable opportunité de participer activement à la conservation, à la réhabilitation, aux soins et à la recherche sur la faune africaine. Le sanctuaire constitue actuellement un refuge sûr pour les animaux orphelins, blessés ou menacés, notamment les lions, les léopards, les guépards, les chiens sauvages, les caracals, les phacochères, les antilopes et les babouins, ainsi que de nombreux oiseaux, petits mammifères africains et animaux de la ferme. L'aide des participants, qui s'investissent dans la protection de la faune, est essentielle pour nous aider à prendre soin des animaux en rémission ou en résidence permanente dans le sanctuaire, et contribue à maintenir et développer le sanctuaire. De plus, ils auront accès à un centre de recherches pour participer aux différentes études concernant ces espèces sauvages dans le cadre du stage dans un refuge animalier. Vous serez ainsi immergé dans leur quotidien et pourrez les analyser au plus près !

Toutes les missions sont réparties par groupe selon un système de rotation qui permet de s'assurer que tout le monde peut participer aux diverses expériences possibles.
Parmi les activités quotidiennes sur le refuge, vous pourrez notamment :

- Préparer la nourriture et nourrir les animaux
- Nettoyer les enclos
- Améliorer les conditions de vie des animaux
- Prendre soin des nouveau-nés
- Effectuer des travaux physiques tels que la construction de nouvelles installations
- Mener des recherches (y compris la surveillance des carnivores en liberté, l'analyse des caméras et des données GPS)
Le samedi tout le monde travaille, il y a moins d'activités cela se résume à de la préparation de nourriture pour les animaux, nourrissage, nettoyage des enclos et au nettoyage du camp. Le dimanche est sur la base du volontariat, mais les volontaires ont aussi la possibilité de se détendre au lodge où il y a une piscine et déjeuner pour environ 20 euros et le wifi est disponible pour ceux qui le souhaitent.

 

Vous pouvez choisir parmi ces 3 centres de recherches :

- Desert program

Situé dans les paysages époustouflants des montagnes du Sud, des canyons et des grottes anciennes, de fascinantes formations géologiques et de cinq fontaines naturelles, notre centre de recherche est vraiment unique et abrite l'un des programmes de recherche sur les carnivores de la Fondation - en plus d'être l'un des trois seuls établissements viticoles en Namibie. Les domaines d'intérêt sont le Léopard, l'atténuation des conflits entre l'homme et la faune et aide à la cave du domaine.

- Désert program n°2

Environ 2 à 3 heures plus au sud-ouest de notre centre de recherche ci-dessous, et à la frontière du Namib Naukluft Park, se trouve notre retraite du désert. Des dunes de sable rouge, de vastes plaines herbeuses et les imposantes chaînes de montagnes constituent le cadre serein.

Le parc accueille des guépards, hyènes brunes, hyènes tachetées, léopards et toute une série d'autres espèces adaptées au désert. Notre réserve s'étend sur 352 km2 de paysages désertiques dans lesquels les volontaires participent à la recherche et à la conservation vitales des espèces. Les recherches sont principalement menées sur la hyène tachetée, les petits carnivores (caracal et chacal à dos noir), ainsi que l'atténuation des conflits entre l'homme et la faune

Programme spécial :
- Elephant program (transfert du mercredi au mercredi / Traitement antipaludéen fortement recommandé de novembre à mars)

Notre projet de recherche sur les éléphants et les chiens sauvages est situé à l'est de la réserve nationale d'Etosha Parc. Ce projet du stage dans un refuge animalier en Namibie couvre une superficie d'environ 3 000 km² et l'objectif de notre travail est d'atténuer le conflit entre l'homme et la faune sauvage avec les propriétaires fonciers et les éleveurs namibiens.
Les activités humaines ont eu un impact néfaste sur la faune indigène, notamment sur deux des espèces emblématiques de l'Afrique: le chien peint africain (ou chien sauvage) et l'éléphant d'Afrique, qui ont tous deux enduré des décennies de souffrance à cause de la fragmentation de l'habitat, de la chasse et de la persécution. Les chercheurs de notre fondation travaillent dans le complexe de Mangetti, au nord de la Namibie, pour protéger les populations sauvages de chiens et d'éléphants sauvages d'Afrique, pour mieux comprendre les niveaux et les causes de conflit entre ces deux espèces et la population locale et mettre en œuvre des solutions pour atténuer les conflits.

Organisme d’accueil

En 2003, les fondateurs ont décidé de fonder une clinique suite à la mort tragique d'un bébé du peuple San.
Lire plus

Ainsi, la clinique Lifeline a été créée dans le village reculé d’Epukiro, en Namibie, afin de fournir des soins de santé gratuits au peuple San. En 2005, en association avec leurs partenaires, les fondateurs ont acheté la ferme Frauenstein, située à la périphérie de Windhoek, l'ont transformée en une réserve naturelle et construit un refuge sur la propriété. L'objectif principal du refuge était de créer des emplois pour tous ceux que la clinique Lifeline accueillait.
La fondation pour les animaux et l’environnement a ouvert ses portes en 2007, avec pour objectif de préserver les terres, les cultures et la vie sauvage de la Namibie.
Nous croyons en une Afrique où :
- Les humains et les animaux peuvent vivre et s'épanouir ensemble.
- La vie sauvage est protégée et valorisée, et les animaux sont bien traités et l’environnement respecté.
- Il est possible de promouvoir et de défendre le fait que la nature n'appartient qu'à elle-même.
- Les cultures, en particulier les cultures Bushman, sont intégrées dans nos projets de conservation.

- Les conflits homme-animaux peuvent être atténués.
- Des méthodes et des concepts novateurs peuvent être mis en place pour faire progresser la protection des espèces et de leur habitat.

Descriptif du programme

La réserve est nichée dans la brousse namibienne, à seulement 45 km de la capitale de la Namibie, Windhoek. Notre ONG locale, encadrant le stage dans un refuge animalier, est devenue aujourd’hui une organisation de conservation de renommée mondiale. Ils proposent un abri et une deuxième chance à de nombreux animaux blessés, orphelins ou espèces menacées.

L’objectif est, dans la mesure du possible, de relâcher les animaux dans la nature. Seuls les animaux trop malades ou devenus familiers et n’étant pas capable de survivre seuls dans la nature, restent dans le sanctuaire. L’aide des bénévoles est essentielle pour nous permettre de continuer à prendre soin de ces animaux.  Comme l’ensemble de nos programmes de stage animalier à l’étranger, ce projet en Namibie permet de valider son année tout en contribuant à la protection des animaux de la région.

 

Le rôle des stagiaires

Les stagiaires ont la formidable opportunité de participer activement à la conservation, à la réhabilitation, aux soins et à la recherche sur la faune africaine. Le sanctuaire constitue actuellement un refuge sûr pour les animaux orphelins, blessés ou menacés, notamment les lions, les léopards, les guépards, les chiens sauvages, les caracals, les phacochères, les antilopes et les babouins, ainsi que de nombreux oiseaux, petits mammifères africains et animaux de la ferme. L’aide des participants, qui s’investissent dans la protection de la faune, est essentielle pour nous aider à prendre soin des animaux en rémission ou en résidence permanente dans le sanctuaire, et contribue à maintenir et développer le sanctuaire. De plus, ils auront accès à un centre de recherches pour participer aux différentes études concernant ces espèces sauvages dans le cadre du stage dans un refuge animalier. Vous serez ainsi immergé dans leur quotidien et pourrez les analyser au plus près !

Toutes les missions sont réparties par groupe selon un système de rotation qui permet de s’assurer que tout le monde peut participer aux diverses expériences possibles.
Parmi les activités quotidiennes sur le refuge, vous pourrez notamment :

– Préparer la nourriture et nourrir les animaux
– Nettoyer les enclos
– Améliorer les conditions de vie des animaux
– Prendre soin des nouveau-nés
– Effectuer des travaux physiques tels que la construction de nouvelles installations
– Mener des recherches (y compris la surveillance des carnivores en liberté, l’analyse des caméras et des données GPS)
Le samedi tout le monde travaille, il y a moins d’activités cela se résume à de la préparation de nourriture pour les animaux, nourrissage, nettoyage des enclos et au nettoyage du camp. Le dimanche est sur la base du volontariat, mais les volontaires ont aussi la possibilité de se détendre au lodge où il y a une piscine et déjeuner pour environ 20 euros et le wifi est disponible pour ceux qui le souhaitent.

 

Vous pouvez choisir parmi ces 3 centres de recherches :

– Desert program

Situé dans les paysages époustouflants des montagnes du Sud, des canyons et des grottes anciennes, de fascinantes formations géologiques et de cinq fontaines naturelles, notre centre de recherche est vraiment unique et abrite l’un des programmes de recherche sur les carnivores de la Fondation – en plus d’être l’un des trois seuls établissements viticoles en Namibie. Les domaines d’intérêt sont le Léopard, l’atténuation des conflits entre l’homme et la faune et aide à la cave du domaine.

– Désert program n°2

Environ 2 à 3 heures plus au sud-ouest de notre centre de recherche ci-dessous, et à la frontière du Namib Naukluft Park, se trouve notre retraite du désert. Des dunes de sable rouge, de vastes plaines herbeuses et les imposantes chaînes de montagnes constituent le cadre serein.

Le parc accueille des guépards, hyènes brunes, hyènes tachetées, léopards et toute une série d’autres espèces adaptées au désert. Notre réserve s’étend sur 352 km2 de paysages désertiques dans lesquels les volontaires participent à la recherche et à la conservation vitales des espèces. Les recherches sont principalement menées sur la hyène tachetée, les petits carnivores (caracal et chacal à dos noir), ainsi que l’atténuation des conflits entre l’homme et la faune

Programme spécial :
Elephant program (transfert du mercredi au mercredi / Traitement antipaludéen fortement recommandé de novembre à mars)

Notre projet de recherche sur les éléphants et les chiens sauvages est situé à l’est de la réserve nationale d’Etosha Parc. Ce projet du stage dans un refuge animalier en Namibie couvre une superficie d’environ 3 000 km² et l’objectif de notre travail est d’atténuer le conflit entre l’homme et la faune sauvage avec les propriétaires fonciers et les éleveurs namibiens.
Les activités humaines ont eu un impact néfaste sur la faune indigène, notamment sur deux des espèces emblématiques de l’Afrique: le chien peint africain (ou chien sauvage) et l’éléphant d’Afrique, qui ont tous deux enduré des décennies de souffrance à cause de la fragmentation de l’habitat, de la chasse et de la persécution. Les chercheurs de notre fondation travaillent dans le complexe de Mangetti, au nord de la Namibie, pour protéger les populations sauvages de chiens et d’éléphants sauvages d’Afrique, pour mieux comprendre les niveaux et les causes de conflit entre ces deux espèces et la population locale et mettre en œuvre des solutions pour atténuer les conflits.

Lire plus

stage dans un refuge animalier

L’objectif est, dans la mesure du possible, de relâcher les animaux dans la nature. Seuls les animaux trop malades ou devenus familiers et n'étant pas capable de survivre seuls dans la nature, restent dans le sanctuaire. L'aide des bénévoles est essentielle pour nous permettre de continuer à prendre soin de ces animaux.  Comme l'ensemble de nos programmes de stage animalier à l'étranger, ce projet en Namibie permet de valider son année tout en contribuant à la protection des animaux de la région.

 

Le rôle des stagiaires

Les stagiaires ont la formidable opportunité de participer activement à la conservation, à la réhabilitation, aux soins et à la recherche sur la faune africaine. Le sanctuaire constitue actuellement un refuge sûr pour les animaux orphelins, blessés ou menacés, notamment les lions, les léopards, les guépards, les chiens sauvages, les caracals, les phacochères, les antilopes et les babouins, ainsi que de nombreux oiseaux, petits mammifères africains et animaux de la ferme. L'aide des participants, qui s'investissent dans la protection de la faune, est essentielle pour nous aider à prendre soin des animaux en rémission ou en résidence permanente dans le sanctuaire, et contribue à maintenir et développer le sanctuaire. De plus, ils auront accès à un centre de recherches pour participer aux différentes études concernant ces espèces sauvages dans le cadre du stage dans un refuge animalier. Vous serez ainsi immergé dans leur quotidien et pourrez les analyser au plus près !

Toutes les missions sont réparties par groupe selon un système de rotation qui permet de s'assurer que tout le monde peut participer aux diverses expériences possibles.
Parmi les activités quotidiennes sur le refuge, vous pourrez notamment :

- Préparer la nourriture et nourrir les animaux
- Nettoyer les enclos
- Améliorer les conditions de vie des animaux
- Prendre soin des nouveau-nés
- Effectuer des travaux physiques tels que la construction de nouvelles installations
- Mener des recherches (y compris la surveillance des carnivores en liberté, l'analyse des caméras et des données GPS)
Le samedi tout le monde travaille, il y a moins d'activités cela se résume à de la préparation de nourriture pour les animaux, nourrissage, nettoyage des enclos et au nettoyage du camp. Le dimanche est sur la base du volontariat, mais les volontaires ont aussi la possibilité de se détendre au lodge où il y a une piscine et déjeuner pour environ 20 euros et le wifi est disponible pour ceux qui le souhaitent.

 

Vous pouvez choisir parmi ces 3 centres de recherches :

- Desert program

Situé dans les paysages époustouflants des montagnes du Sud, des canyons et des grottes anciennes, de fascinantes formations géologiques et de cinq fontaines naturelles, notre centre de recherche est vraiment unique et abrite l'un des programmes de recherche sur les carnivores de la Fondation - en plus d'être l'un des trois seuls établissements viticoles en Namibie. Les domaines d'intérêt sont le Léopard, l'atténuation des conflits entre l'homme et la faune et aide à la cave du domaine.

- Désert program n°2

Environ 2 à 3 heures plus au sud-ouest de notre centre de recherche ci-dessous, et à la frontière du Namib Naukluft Park, se trouve notre retraite du désert. Des dunes de sable rouge, de vastes plaines herbeuses et les imposantes chaînes de montagnes constituent le cadre serein.

Le parc accueille des guépards, hyènes brunes, hyènes tachetées, léopards et toute une série d'autres espèces adaptées au désert. Notre réserve s'étend sur 352 km2 de paysages désertiques dans lesquels les volontaires participent à la recherche et à la conservation vitales des espèces. Les recherches sont principalement menées sur la hyène tachetée, les petits carnivores (caracal et chacal à dos noir), ainsi que l'atténuation des conflits entre l'homme et la faune

Programme spécial :
- Elephant program (transfert du mercredi au mercredi / Traitement antipaludéen fortement recommandé de novembre à mars)

Notre projet de recherche sur les éléphants et les chiens sauvages est situé à l'est de la réserve nationale d'Etosha Parc. Ce projet du stage dans un refuge animalier en Namibie couvre une superficie d'environ 3 000 km² et l'objectif de notre travail est d'atténuer le conflit entre l'homme et la faune sauvage avec les propriétaires fonciers et les éleveurs namibiens.
Les activités humaines ont eu un impact néfaste sur la faune indigène, notamment sur deux des espèces emblématiques de l'Afrique: le chien peint africain (ou chien sauvage) et l'éléphant d'Afrique, qui ont tous deux enduré des décennies de souffrance à cause de la fragmentation de l'habitat, de la chasse et de la persécution. Les chercheurs de notre fondation travaillent dans le complexe de Mangetti, au nord de la Namibie, pour protéger les populations sauvages de chiens et d'éléphants sauvages d'Afrique, pour mieux comprendre les niveaux et les causes de conflit entre ces deux espèces et la population locale et mettre en œuvre des solutions pour atténuer les conflits.

Organisme d’accueil

En 2003, les fondateurs ont décidé de fonder une clinique suite à la mort tragique d’un bébé du peuple San.

Ainsi, la clinique Lifeline a été créée dans le village reculé d’Epukiro, en Namibie, afin de fournir des soins de santé gratuits au peuple San. En 2005, en association avec leurs partenaires, les fondateurs ont acheté la ferme Frauenstein, située à la périphérie de Windhoek, l’ont transformée en une réserve naturelle et construit un refuge sur la propriété. L’objectif principal du refuge était de créer des emplois pour tous ceux que la clinique Lifeline accueillait.
La fondation pour les animaux et l’environnement a ouvert ses portes en 2007, avec pour objectif de préserver les terres, les cultures et la vie sauvage de la Namibie.
Nous croyons en une Afrique où :
– Les humains et les animaux peuvent vivre et s’épanouir ensemble.
– La vie sauvage est protégée et valorisée, et les animaux sont bien traités et l’environnement respecté.
– Il est possible de promouvoir et de défendre le fait que la nature n’appartient qu’à elle-même.
– Les cultures, en particulier les cultures Bushman, sont intégrées dans nos projets de conservation.

– Les conflits homme-animaux peuvent être atténués.
– Des méthodes et des concepts novateurs peuvent être mis en place pour faire progresser la protection des espèces et de leur habitat.

Lire plus

Ainsi, la clinique Lifeline a été créée dans le village reculé d’Epukiro, en Namibie, afin de fournir des soins de santé gratuits au peuple San. En 2005, en association avec leurs partenaires, les fondateurs ont acheté la ferme Frauenstein, située à la périphérie de Windhoek, l'ont transformée en une réserve naturelle et construit un refuge sur la propriété. L'objectif principal du refuge était de créer des emplois pour tous ceux que la clinique Lifeline accueillait.
La fondation pour les animaux et l’environnement a ouvert ses portes en 2007, avec pour objectif de préserver les terres, les cultures et la vie sauvage de la Namibie.
Nous croyons en une Afrique où :
- Les humains et les animaux peuvent vivre et s'épanouir ensemble.
- La vie sauvage est protégée et valorisée, et les animaux sont bien traités et l’environnement respecté.
- Il est possible de promouvoir et de défendre le fait que la nature n'appartient qu'à elle-même.
- Les cultures, en particulier les cultures Bushman, sont intégrées dans nos projets de conservation.

- Les conflits homme-animaux peuvent être atténués.
- Des méthodes et des concepts novateurs peuvent être mis en place pour faire progresser la protection des espèces et de leur habitat.

Programmes similaires